Batiments existants : la fenetre, facteur important d'economies de chauffage

Beexime étude énergétique  responsable  PEBUne étude révèle que les économies relatives au besoin de chauffage dues au seul changement de fenêtres sont considérables puisqu'elles peuvent atteindre, suivant le type de construction, son ancienneté et sa localisation 95% en logement collectif et 85% en maison individuelle.

Les fenêtres ont un statut bien particulier du fait de leurs impacts multiples sur la consommation énergétique du bâtiment et le confort de l’utilisateur. Ce sont en effet les seuls éléments de l’enveloppe capables, outre leurs performances d’étanchéité et d’isolation, de contribuer a diminuer les consommations de chauffage, refroidissement et d’éclairage grâce a la maîtrise des apports solaires de chaleur et de lumière. Dans les logements neufs, cet apport sera obligatoire pour répondre au exigences de la RT 2012. Dans le parc de bâtiments existants, le changement de fenêtre permettrait-il de réduire sa consommation d'énergie ?

  • Une diminution de consommation de chauffage

L'étude* « Changer les fenêtres : une action essentielle pour les économies d'énergie dans les logements anciens » réalisée par le cabinet de conseil TBC Générateur d'Innovation à l'initiative de l'UFME et des organisations professionnelles du Pôle Fenêtre FFB, met en évidence que le simple changement de fenêtres permet d'optimiser de manière conséquente les performances énergétiques du logement, économies de chauffage significatives à la clé.

Le simple remplacement des fenêtres d'une maison antérieure à 1988 (Coefficient de transmission thermique Uw = 3 W/(m².K)), par des fenêtres actuelles (Uw = 1,5 W/(m².K)) permet de réaliser des économies d'énergie en besoin de chauffage de 23 kWh/m2/an. Le remplacement des fenêtres d'une construction antérieure à 1975 (Uw = 5,7 W/(m².K)) permet quant à lui d'obtenir une diminution de la consommation de chauffage de plus 50 kWh/m2/an assure l'étude.

  • Les 3 facteurs qui caractérisent la performance d'une fenêtre :

Le coefficient de transmission thermique Uw traduit la capacité de la fenêtre à conserver la température intérieure. Il s’exprime en W/(m².K). Plus Uw est faible, plus la fenêtre est isolante.

Le facteur solaire traduit la capacité de la fenêtre à transmettre la chaleur du soleil. C’est le rapport entre l’énergie totale transmise à travers la baie, et l’énergie solaire incidente. Il est compris entre 0 et 1. Le facteur solaire est désigné par Sw en France et par gtot en Europe. Plus Sw est élevé, plus il y a d'apports solaires, moins on a besoin de chauffer.

Le facteur de transmission lumineuse traduit la capacité d’une fenêtre à transmettre la lumière naturelle à l’intérieur d’une pièce. C’est le rapport entre la lumière totale transmise à travers la baie, et la lumière incidente. Il est compris entre 0 et 1. Plus TLw est élevé, plus la quantité de lumière naturelle transmise est importante.

  • Impératifs pour labels BBC Rénovation et THPE

« Contrairement à certaines idées reçues, considérant que le seul changement de fenêtres n'aurait finalement que peu de conséquences sur l'isolation du bâti, cette étude révèle qu'il permet de réaliser des économies importantes en maison individuelle comme en logement collectif » indique Philippe Macquart, Délégué Général de l'UFME. L'étude révèle notamment que les économies relatives au besoin de chauffage dues au seul changement de fenêtres, sont considérables puisqu'elles peuvent atteindre, suivant le type de construction, son ancienneté et sa localisation de 18 à 95% d'économies en logement collectif et de 11 à 85% d'économies en maison individuelle.

Dans le cadre d'un bouquet de travaux intégrant un retraitement des parois opaques, le changement de fenêtres est primordial pour disposer d'une enveloppe répondant aux impératifs de faible perméabilité à l'air et d'isolation thermique élevée des labels BBC Rénovation et THPE.

  • Remonter après travaux d'une classe énergétique

« Au regard des économies calculées sur les bâtiments test, nous estimons que les certificats d'économie d'énergie affectés au changement de fenêtres sont aujourd'hui largement sous estimés : il semble nécessaire à l'avenir de différencier ces fiches de calcul, selon le type et l'année de construction du bâtiment » ajoute Philippe Macquart.

En cas de revente d'un bien immobilier, le logement est classé en fonction de la consommation globale d'énergie primaire. L'étude réalisée par TBC révèle tout l'intérêt de la simple rénovation des fenêtres du logement. Celle-ci permet ainsi de remonter après travaux d'une classe énergétique, en passant du niveau « E » au niveau « D » ou du niveau « D » au niveau « C » suivant le degré initial d'isolation du logement. Ceci représente un atout non négligeable sur le marché immobilier actuel.

Etude réalisée par TBC Générateur d'Innovation :
- sur la base de plus de 500 simulations sur maquette numérique 3D
- à partir du logiciel ARCHIWIZARD selon la méthode ThBCE de la RT2012
- sur 6 cas de bâtiments
- 3 zones climatiques
- 2 cas de bâtiments anciens
- 6 cas de fenêtres représentatives du marché en caractéristiques techniques

Source : http://www.batiweb.com - le 31 octobre 2012

 Tags : responsable énergétique, responsable PEB , étude

Plan (du) site - Mentions légales - Copyright © 2011 Beexime - Développé par Mediakod