Immobilier : Proprietaire ... un metier toujours plus difficile

Beexime état des lieux locationS'il existe de bons locataires, il en existe aussi de (très) mauvais. Aujourd'hui, les plaintes des propriétaires sont toujours plus nombreuses. Quels sont leurs recours ?

En Belgique, 70 pour cent d'entre nous habitons un bien dont nous sommes propriétaires. En Europe, seule la Grèce (plus de 80 %) et l'Espagne (80 %) font mieux. Les 30 pour cent restants se répartissent comme suit : 8 % habitent des logements sociaux et 22 % sont locataires dans le privé. Et sur ce dernier point, le bât blesse.

Loyers non payés, dégâts occasionnés aux maisons ou aux appartements, factures non réglées : le mal-être du propriétaire est toujours plus présent, d'autant qu'il estime que la loi est du côté du locataire et que les contraintes qui pèsent sur lui (certificats énergétiques…) sont toujours plus importantes. « Même si nos chiffres sont partiels puisque nous ne représentons pas tous les propriétaires en difficulté, les statistiques font apparaître une hausse des plaintes de quelque 20 pour cent, estime Béatrice Laloux, la directrice du Syndicat national des propriétaires (30.000 membres officiellement inscrits). Nous recevons 25.000 coups de fil par an, 80 % d'entre eux concernent les locations. »

Et les cas constatés semblent être de plus en plus graves. « Aujourd'hui, il n'est pas rare de voir des candidats locataires produire des fausses attestations d'emploi voire de fausses cartes d'identité, insiste Béatrice Laloux. Il y a même de véritables professionnels de l'arnaque qui “tournent” d'appartements en appartements sans jamais payer un seul loyer ! »

Parmi les plaintes relevées, certaines sont carrément risibles… pour qui n'est pas propriétaire. « Après le départ de son locataire, un de nos clients a constaté que celui-ci avait fait des trous dans les murs pour faire passer le train électrique de son fils d'une pièce à l'autre, expose Béatrice Laloux en levant les yeux au ciel. Un autre locataire avait même pris l'habitude d'uriner de son lit, sans doute pour éviter d'avoir à se lever. Un autre encore a détruit à la masse le compteur électrique et défait tous les barreaux de la rampe de l'escalier. Et je ne parle pas ici des élevages d'animaux en tous genres, avec tous les dégâts qui vont avec… »

Au SNP, comme dans d'autres organismes de défense des propriétaires, on s'accorde à dire que les raisons du malaise sont doubles. Primo, la paupérisation croissante de la population. « Beaucoup de personnes vivent avec moins de 1.000 euros par mois, explique notre interlocutrice. Les revenus n'ont pas augmenté proportionnellement à l'augmentation du coût de la vie et on fait passer d'autres dépenses avant le loyer. Deuxième raison : le discours ambiant qui est carrément anti-propriétaire. Le droit au logement dont on parle beaucoup ne veut pas dire pour autant logement gratuit. Il existe un sentiment d'impunité chez les locataires. Or, le droit du propriétaire d'expulser subsiste. »

Il est vrai que les bureaux des juges de paix débordent de requêtes. « Comptez trois mois pour qu'une expulsion soit effective mais n'espérez pas revoir les arriérés de paiement… », souligne à ce sujet Béatrice Laloux qui termine par un conseil. « Le métier de bailleur est devenu extrêmement périlleux. Louez à bon escient en vous informant le mieux possible à l'avance. »

Plus facile, sans doute, à dire qu'à faire…

Source: Le soir PAOLO LEONARDI jeudi 22 septembre 2011


Beexime vous conseille de réaliser vos états des lieux par un des ses experts immobilier!

Tags : géomètre, expert immobilier, expertise immobilière, état des lieux, location

Plan (du) site - Mentions légales - Copyright © 2011 Beexime - Développé par Mediakod