Immobilier : les vendeurs deviennent "raisonnables"

Beexime vendre immobilier valeur expert expertise immobilière géomètre PEBLa demande de biens immobiliers est actuellement forte en Belgique, selon Trevi. Principalement pour des biens "moyens". Selon le réseau d'agences immobilières Trevi, les biens présentés trop cher "sont délaissés".

Combien de fois n’a-t-on pas dit et écrit que l'immobilier belge pliait mais ne rompait point ? Nuance. Primo, l'aphorisme semble tenir pour le marché résidentiel, mais pas du tout pour le marché professionnel, et surtout pas pour un marché des bureaux qui, en plus, traverse une véritable crise existentielle. Secundo, le marché belge du logement a vécu un authentique "track record" (doublement des prix moyens en dix ans et triplement à Bruxelles) dont tout les esprits sensés savaient qu'il allait tôt ou tard s'époumoner. On y est.

  • Apport personnel

Selon le réseau d’agences immobilières Trevi, qui publie chaque trimestre un indice fondé sur les prix de mise en vente, la vérité économique a imposé aux vendeurs de réduire leurs prétentions. L'indice Trevi s'inscrit au 30 septembre dernier à 110,74 points, en baisse de 1,45 % sur six mois et de 0,25 % sur un an. Ce n'est pas beaucoup, mais c'est probablement le début d'un retour à la raison.

Il n'y a pas lieu de s'en étonner. La grande majorité des acquéreurs d'un logement le financent par prêt hypothécaire. Or, le marché hypothécaire se tasse globalement et les banquiers font comprendre à mots de moins en moins couverts aux candidats acquéreurs que le temps des grosses quotités n'est plus de mise. En bon français, cela veut dire que leur apport personnel doit être plus important.

Pourtant, la demande ne baisse pas – au contraire même. Selon Trevi, elle était en hausse de… 32% en septembre par rapport à la moyenne enregistrée le trimestre précédent. Un chiffre qui peut sembler spectaculaire mais qui l'est moins quand on sait qu'il n'a fait que revenir à son niveau de septembre 2011. Autrement dit, ce sont le dernier  trimestre de l'an passé et les deux premiers trimestres de cette année qui ont été particulièrement mauvais.

A première vue, la hausse de la demande et le tassement des prix semblent contradictoires. Mais ce n'est qu'une apparence. "Nous constatons, dit-on chez Trevi, que les demandeurs portent leur intérêt sur les biens justement positionnés au niveau prix". Autrement dit, "les biens présentés à un niveau trop élevé semblent délaissés et beaucoup plus rarement visités". Bref, les vendeurs ont compris le message: inutile de s'entêter, réduisons nos prétentions de voir le bien mis en vente "brûlé", comme disent les professionnels, ce qui est à peu près la pire des choses en période de basse conjoncture.

  • "Réfléchi et analytique"

Une attitude que l’on prétend être en mesure de chiffrer chez Trevi au moyen du rapport entre le prix défini par le vendeur et celui de l'expertise. Il y a un an, ce rapport était de 62 %, aujourd’hui il est remonté à 78 %. "L'augmentation de ce taux montre clairement que les propriétaires dont les attentes étaient démesurées redeviennent de plus en plus raisonnables. Nous frôlons aujourd’hui le taux idéal de 80 %", dit-on encore chez Trevi

Comment expliquer que la demande soit revenue à son niveau d'il y a un an ? Etonnant, non ? "Pas tant que ça, répond-on chez Trevi, les prévisions particulièrement négatives que certains avaient mises en avant voici six mois avaient fini par pousser bon nombre de particuliers à postposer leur achat. Aujourd'hui, l'attentisme des mois d'été a fait place à une volonté de revenir activement sur le marché, mais de manière réfléchie et analytique".

Reste à expliquer comment il se fait que les prix soient toujours en hausse d’environ 4 % sur un an, comme l'assure un autre réseau d'agences, Century 21. Encore une fois, la contradiction n'est qu'apparente. Les prix sur un an sont fondés sur les actes notariés transmis au SPF Finances. Ils sont en moyenne en retard de six mois (annonces, négociation, signature du compromis puis de l'acte) par rapport aux prix de mise en vente. L'heure de vérité est donc pour dans six mois environ.

Source : http://monargent.lecho.be - le 03 octobre 2012

 

De par leurs connaissances du marché immobilier, les experts agréés de BEEXIME vous proposent leurs services pour la réalisation d'état des lieux, la valorisation de patrimoine, les expertises (préalables ou judiciaires), les missions d'arbitrage, .. Pour obtenir davantage d'informations sur nos services, n'hésitez pas à nous contacter!

Tags : géomètre, expert immobilier, expertise immobilière, valeur , vendre

Plan (du) site - Mentions légales - Copyright © 2011 Beexime - Développé par Mediakod