l'immobilier belge est un marche sain

Beexime vendre immobilier valeur expert expertise immobilière géomètre PEBEric Verlinden, le patron du groupe Trevi, est formel : nos maisons ne sont pas surévaluées. Il s'insurge contre certaines analyses récentes menées, selon lui, pour favoriser les investissements financiers plutôt qu'immobiliers.

Basé sur le prix de mise en vente d'un échantillon de 7.500 biens immobiliers recensés au cours du trimestre précédant sa publication, l'indice Trevi est un des éléments de mesure majeurs dans le monde de l'immobilier en Belgique. Le dernier en date a été publié lundi et fait apparaître une légère baisse puisqu'il est passé de 112,35 à 111,02, soit exactement le même indice qu'au 31 décembre 2011.

Pourquoi ce retour en arrière ? « Rien d'inquiétant à cela, tient à rassurer Eric Verlinden, l'administrateur délégué du groupe Trevi. La hausse du premier trimestre 2012 a été légèrement gommée car nous sommes en Belgique dans un marché de l'équilibre. Contrairement à ce qui se passe dans d'autres pays voisins, l'immobilier belge se régule de manière calme et tempérée, sans aucune spéculation. J'ajoute ceci : la demande en logements reste bonne. Sur les six premiers mois de 2012, le volume de transactions est supérieur à celui des six premiers mois de 2011 qui constituaient pourtant déjà un record ! C'est un fait avéré qui ne souffre aucune discussion. »

Tout irait donc bien dans le meilleur des mondes immobiliers, une analyse qui… tranche singulièrement avec une autre, menée récemment, et qui parlait d'une surévaluation du marché de 55 à 60 %. De quoi irriter Eric Verlinden. « C'est une analyse qui se basait uniquement sur les revenus, argumente-t-il. Or, il n'existe aucun marché immobilier au monde où les prix sont directement liés aux salaires ! Visiblement, certains préfèrent voir les Belges placer leur argent en actions ou en obligations plutôt que d'acheter une maison ou un appartement… »

Pour Eric Verlinden, comme pour beaucoup d'autres spécialistes en immobilier, il n'y a qu'un paramètre qui tienne la route : celui, très basique et vieux comme le monde, de l'offre et de la demande. « C'est ce paramètre, et lui seul qui fait les prix, assure-t-il. Regardez la situation en France. A Paris, le prix au m2 s'élève à 8.000 euros. A Lille, il est de 4.000. Or, on ne gagne pas deux fois moins à Lille qu'à Paris ! »

Et l'avenir ? Eric Verlinden « voit » un marché belge qui continuera à être équilibré. Mais le produit immobilier en lui-même devra être modifié. « Parce que les salaires n'augmenteront pas de manière significative alors que les prix bien, il va falloir construire plus petit, c'est une certitude, conclut le patron de Trevi. La superficie moyenne acquise par le Belge a déjà diminué en huit ans de 15 % (NDLR : de 90 à 76 m2). Dans les 4 à 5 années à venir, un appartement deux chambres à Bruxelles fera entre 68 et 70 m2, pas plus. Et comme la capitale agit toujours comme un initiateur de tendance, le mouvement s'étendra ensuite aux autres régions du pays. »

Source: http://www.lesoir.be/actualite/economie/immo - le 17 août 2012

 

Profitez des services des experts immobiliers de BEEXIME, que ce soit pour la réalisation d'états des lieux, de valorisation de patrimoine ou encore d'expertises préalables ou judiciaires. Si vous désirez obtenir plus d'informations sur ces services, n'hésitez pas à nous contacter!

Tags : géomètre, expert immobilier, expertise immobilière, valeur , vendre

Plan (du) site - Mentions légales - Copyright © 2011 Beexime - Développé par Mediakod