Filtre
  • Qu'est-ce qu'une maison passive?

    Beexime étude énergétique  responsable  PEBA quels critères une maison passive doit-elle correspondre et quelle est la différence avec une habitation zéro énergie? Nous avons dressé l’inventaire des conditions que doivent remplir les deux concepts.

    Une maison passive est une habitation qui ne consomme pas plus de 15 kWh par m² et par an. Le niveau de l’étanchéité à l’air d’une maison passive doit osciller entre E0 et E50. En pratique, cela veut dire qu’une maison passive doit être suffisamment étanche à l’air et ne pas utiliser de chauffage classique ou de climatisation.

    Pour atteindre cet objectif, il faut très bien isoler le grenier, le sol, les murs et utiliser du triple vitrage afin que le soleil puisse réchauffer la maison. En outre, une ventilation de type D est souvent utilisée afin de permettre une arrivée permanente d’air frais.

    • Une habitation zéro énergie

    Une habitation zéro-énergie produit autant d’énergie qu’elle n’en consomme. Une habitation zéro-énergie générera donc de l’énergie par le biais de cellules solaires, de turbines éoliennes etc.
    Une habitation zéro-énergie n’est pas forcément une maison passive puisqu’un certificat de maison passive s’applique uniquement à la consommation d’énergie et pas à la production d’énergie. Si une maison passive peut plus facilement satisfaire aux exigence d’une habitation zéro-énergie, les deux concepts ne sont pas forcément synonymes.

    Source : http://jevaisconstruire.levif.be - le 26 février 2013

     

    Les responsables PEB de BEEXIME s'engagent à réaliser au mieux le certificat de performance énergétique (PEB) de votre habitation. Vous pouvez dès à présent établir le tarif de votre certificat PEB. Pour obtenir un rendez-vous ou davantage d'informations, n'hésitez pas à contacter notre équipe!

    Tags : responsable énergétique, responsable PEB , étude

  • Marche de l'eclairage : l'emergence des led se poursuit

    Beexime immobilier  énergie  expert expertise immobilière énergétique géomètre certificat pebLudovic Labidurie, PDG de Neolux, spécialiste français de l’éclairage à LED, dresse un état des lieux du marché du relamping et du secteur de l’éclairage.

    Bureaux, magasins ou encore façades de monuments devront être plongés dans le noir à partir de 1h du matin dès le 1er juillet, une mesure de sobriété largement consensuelle à laquelle échapperont toutefois quelques zones touristiques. Ce texte s’inscrit dans la volonté du gouvernement de sensibiliser particuliers et professionnels à réduire leur consommation d'énergie et de les inciter à s’intéresser à la qualité de leurs installations d’éclairage, afin d’en limiter l’impact sur l’environnement et la facture d’électricité.

    Cette mesure fait notamment suite à la disparition complète des ampoules à incandescence, appliquée définitivement le 31 décembre dernier, qui a également permis au marché du "relamping" (ndlr : action de moderniser un système d’éclairage) de trouver sa place auprès des particuliers et des professionnels durant ces deux dernières années. L’éclairage prend aujourd’hui une toute autre dimension au travers de nouvelles valeurs telles que : l’économie d’énergie, la qualité, la sécurité, la durabilité, le confort visuel, l’intégration, le design et les tendances. Il ne s’agit plus d’éclairer mais plus que jamais de se réapproprier la source lumineuse pour aménager son environnement en fonction de l’ambiance recherchée.

    • Opter pour un éclairage plus efficient ….

    Les critères de sélection des systèmes d’éclairage sont alors revisités par les consommateurs : basse luminance, choix de la température de couleur, efficacité lumineuse, facilité d’intégration et d’installation, sont des nouveaux termes utilisés par tous lors de l’acte d’achat. Il est devenu fondamental de mettre en valeur les espaces au fil des tendances et de répondre à des normes de qualité toujours plus pointues. C’est dans ce contexte que l’émergence de la technologie d’éclairage à LED se poursuit avec pour objectif « Opter pour un éclairage plus efficient » : un bouleversement majeur dans le métier.

    Mais face à l’invasion du marché asiatique, il reste primordial de miser sur la maîtrise technique des systèmes afin de maintenir un très bon niveau de qualité et la satisfaction des professionnels prescripteurs (architectes, agenceurs de magasins, bureaux d’études, enseignistes, installateurs, électriciens, éclairagistes, …) et des utilisateurs (commerces, collectivités, entreprises,…). Il est donc primordial aujourd’hui d’accompagner l’ensemble des professionnels sur ces mutations technologiques. Des formations professionnelles doivent être proposées afin de les sensibiliser aux fondements théoriques de la technologie LED, leur expliquer ses avantages et les informer sur le développement des applications existantes et les nouvelles tendances.

  • Immobilier : quel choix pour bien investir?

    Beexime contradictoire travaux acquisitif locatif entrée sortie dégât litige prix état des lieux location expert immobilier expertise immobilière  géomètre PEBVous souhaitez peut-être acquérir une maison ou un appartement à titre d’investissement. Mais quels sont les critères à retenir pour faire les bons choix ? Et quel serait le bon plan ? Pour répondre à ces questions, Logic Immo a donné la parole à trois professionnels du courtage immobilier.

    Morceaux choisis:

    • 1. Jacques Weinberg, Best Partner Immobilère (Ixelles – Tubize)

    Il convient avant tout de se poser trois questions principales. Dans quelle mesure ai-je une aversion au risque ? Est-ce que je dispose de temps et de compétences ? Et est-ce que je cherche une rentabilité à court ou à long terme ?

    En ce qui concerne la question du risque, il faut savoir que plus une unité de logement est petite et située dans une zone moins recherchée, plus sa rentabilité à court terme sera élevée. Cette unité sera moins chère à l’achat tandis que son loyer sera similaire à celui d’unités situées dans des endroits plus recherchés. Mais une petite unité demande également plus de gestion. Si son aversion au risque est faible, l’investisseur pourra se diriger vers de petites unités tels des studios 1 chambre se situant dans des zones moins recherchées. Si son aversion est plus élevée, l’investisseur sera bien avisé alors de se diriger vers des maisons ou des appartements de 2 à 3 chambres.

    S’agissant de la rentabilité à court ou à long terme, il faut savoir que plus la qualité d’un bien est élevée (situation, état, matériaux), moins sa rentabilité à court terme sera élevée.

    • 2. Pascale Dumont de Chassart, De Maurissens Properties (Ixelles)

    Tout et son contraire s’écrit actuellement sur l’immobilier : un marché secoué par des hausses et des baisses de prix vertigineuses, un marché surévalué, une bulle immobilière en perspective… Le temps n’est plus aux trucs et ficelles, ni aux discours simplistes. Celui qui achète un bien immobilier résidentiel en Belgique et en reste propriétaire endéans les 20 prochaines années est à tous les coups gagnant. Et si les conditions venaient à se dégrader, celles-ci n’auraient que peu d’incidence sur un achat à long terme. De même, le temps n’est plus, selon nous, à l’achat de grands volumes.

    L’investissement immobilier étant un acte responsable et de bonne gestion, il est plus avantageux, dans certains cas, d’acheter un bien immobilier qui se situe dans des quartiers moins cotés, qui est donc moins cher et pourra offrir une rentabilité plus élevée.

    • 3. Vassilis Misthos, Oralis Real Estate (Ixelles)

    Mes conseils s’adressent ici à des clients qui souhaitent investir dans l’immobilier en « bon père de famille », avec une gestion mesurée. Le premier critère est contenu dans le fameux dicton anglais « location, location, location » (localisation, localisation, localisation, ndlr). Ces 3 mots résument un ensemble d’éléments socio-professionnels, culturels ou purement pratiques qui font qu’un quartier a proportionnellement plus de demandes qu’il ne peut en satisfaire. Ensuite vient la bonne corrélation entre cette fameuse localisation et le type de bien. Une belle villa près du Lycée français peut être aussi rentable qu’un flat au quartier Louise. Mais pas l’inverse.

    Pour la zone où nous concentrons notre activité, à savoir le Sud-Ouest de Bruxelles, nos candidats locataires, à 60% expatriés, demandent un accès facile vers les transports en commun ainsi que la proximité de quartiers « animés ». C’est ainsi qu’on peut constater l’explosion du quartier du Châtelain, de la Place Flagey, du quartier Européen qui commence à se repeupler, de Mérode, ou encore de la Place Dumon à Stockel.

    • Les 4 bons réflexes :

    1. Evaluez le rendement d’un bien à court mais aussi à long terme.

    2. Si vous investissez dans un bien dans le but de l’occuper à terme, n’oubliez pas de prendre en compte la demande du marché.

    3. La qualité du lieu est aussi important que la qualité du bien qui s’y trouve.

    4. Visez des locataires de qualité qui s’engagent dans la durée..

    Source : http://www.lalibre.be - le 18 février 2013

     

    Beexime vous propose les services de ses experts pour réaliser au mieux vos expertises immoblières, vos états des lieux locatifs, vos évaluations de biens. Inétéressé par nos services? N'hésitez pas à nous contacter pour toutes informations complémentaires.

    Tags : géomètre, expert immobilier, expertise immobilière, état des lieux, location ,contradictoire, travaux, acquisitif, locatif, entrée, sortie, dégât, litige

  • Le thermometre de l'immobilier europeen

    Beexime contradictoire travaux acquisitif locatif entrée sortie dégât litige prix état des lieux location expert immobilier expertise immobilière  géomètre PEBAprès quatre ans de gestation, Eurostat a fini par sortir un index des prix de l’immobilier résidentiel en Europe. Jusqu’ici, la comparaison des chiffres entre plusieurs pays était quasiment impossible.

    Les prix de l’immobilier n’ont pas toujours été considérés comme importants pour mesurer la santé économique d’un pays. Les choses ont changé depuis la crise bancaire de 2008, issue de celle des subprimes américains. Les ministres européens ont souhaité qu’un indice soit établi pour comparer les niveaux de marché entre les 27 États membres. Il vient de sortir et s’appelle le HPI (house price index).

    «Nous n’apprendrons rien sur le marché belge, qui devrait afficher une hausse de 2 % sur 2012, mais cet indice sera précieux pour comparer les marchés, explique Julien Manceaux, senior economist chez ING. Les indices nationaux existants n’étaient guère comparables : un pays n’utilisait que le prix des maisons, un autre mélangeait logements nouveaux et anciens.» Parfois, il s’agissait d’évaluations d’agents immobiliers, pas de données sur les transactions.

    Le nouvel indice compare les prix de transactions des lo-gements des particuliers, quels qu’ils soient (nouveaux, anciens, maisons, appartements), hors frais (taxes, notaire). Il est calculé dans chaque pays par les instituts nationaux selon une méthodologie discutée avec Eurostat. Les chiffres les plus récents portent sur le troisième trimestre 2012 : pour l’ensemble de l’Union européenne, les prix ont reculé de 1,9 % (-2,5 % pour la zone euro) par rapport au même trimestre en 2011 ; la Belgique, elle, a enregistré une hausse de 1,8 %.

    Ce travail d’harmonisation, visiblement aussi laborieux que nécessaire, n’est pas encore parfait. Certains pays comme l’Allemagne n’ont pas encore fourni de données trimestrielles.

    Source : http://trends.levif.be/economie/actualite/immo - le 11 février 2013

     

    Besoin de conseils en immobilier? Les experts agréés de BEEXIME se tiennent à votre disposition! Si vous désirez plus d'informations sur les expertises immobilières, n'hésitez pas à contacter notre équipe!

    Tags : géomètre, expert immobilier, expertise immobilière, état des lieux, location ,contradictoire, travaux, acquisitif, locatif, entrée, sortie, dégât, litige

  • La 54ieme edition de batibouw ouvre ses portes

    Beexime Certificat PEB Certificateur PEB Certificat énergie responsable énergétique responsable PEB étude Le plus grand salon de construction et de rénovation de Belgique a débuté à Brussels Expo. Jusqu’au 3 mars, tous les professionnels de la construction vous accueillent dans pas moins de 12 palais.

    La 54ième édition de Batibouw tourne autour de trois thèmes centraux: "le retour vers la ville", "l’énergie renouvelable" et "le passage du stress au zen".
    Si la construction neuve souffre par ces temps économiques incertains, les organisateurs sont optimistes à propos de la rénovation et de la reconstruction, qui se maintiennent. "Nous savons qu’il y a des milliards sur les comptes épargnes qui ne rapportent rien. Et les intérêts hypothécaires sont historiquement faibles (…) S’il faut consommer, autant investir dans son habitation", déclare Geert Maes de l’organisateur de salons et d’événements Fisa.

    Le salon d’une superficie de 120.000 mètres carrés accueille 1000 exposants dont dix pour cent seront présents pour la première fois.

    • Retour vers la ville

    Maintenant que vivre en ville redevient populaire, le premier thème tourne autour de nouvelles tendances telles que l’habitation groupée et la reconstruction de sites industriels.
    Actuellement, plus de la moitié de la population mondiale habite en ville et ce nombre ne fera que croître. En outre, vivre en ville gagne à nouveau en popularité.

    "Il y a quelques décennies, pour la majorité des gens "la ville" évoquait surtout la pollution, la criminalité et la pauvreté. Mais le vent semble tourner. De plus en plus de gens – de tout âge et de toute classe sociale – ont une vision positive de la vie en ville et les administrations des villes réussissent à faire de leur ville un endroit agréable."

    Le travail en matière d’innovation et de développement urbain, est peut-être l’un des facteurs les plus importants favorisant le retour vers la ville. Les villes belges développent une vision moderne de la vie citadine tout en s’inspirant parfois de l’étranger. L’habitation groupée, la rénovation de sites industriels, la construction en hauteur ainsi que l’urban farming font partie des tendances qui se démarquent.

  • Moins de decrochage sur les appartements?

    istock 000015234792xsmallLes déçus de la Bourse se sont répandus sur le marché des appartements, propulsant les prix à la hausse. En sera-t-il toujours de même demain, alors que les marchés financiers font moins grise mine ?

    Non, non, les Belges ne sont pas condamnés à habiter dans un appartement. Mais ils sont de plus en plus nombreux à opter pour ce genre de toit. Certains par choix : les célibataires; les personnes âgées (qui revendent leur trop grande maison pour un douillet plain-pied); les jeunes ménages (parce qu’il ne leur faut pas plus et qu’ils préfèrent la vie urbaine); les jeunes divorcés (car diviser une maison, c’est aussi en diviser les tâches). D’autres se contentent d’un appartement contraints et forcés : car, financièrement, ils ne peuvent se permettre d’acheter une maison; mais aussi parce c’est ce qui désormais se construit le plus, du moins en ville et dans leurs périphéries.

    Il y a encore quelques années, la demande sur ce segment vivotait. Résultat, le prix moyen des appartements augmentait moins rapidement (+ 6,2 % par an entre 1995 et 2011, selon les calculs de KBC) que celui des maisons unifamiliales (+ 7,1 %).

    Depuis deux ans, la demande sur ce segment a enflé, gros retournement de situation à la clé. C’est que la brique, valeur refuge par excellence (à tout le moins jugée comme telle), a vu se pointer, en masse, les déçus de la Bourse et des marchés financiers. "Beaucoup de particuliers ont investi dans l’immobilier, plus précisément dans des appartements, confirme Johan Van Gompel, senior economist KBC Group. Ou dans une seconde résidence sur la Côte, par exemple." "Ce sont les investisseurs qui ont soutenu le marché immobilier au cours du second semestre 2011", ajoute Julien Manceaux, senior economist chez ING Belgique. Selon lui, la progression des prix des appartements s’est poursuivie et même renforcée en 2012 : + 3,2 % de hausse en 2011, + 3,5 % en 2012.

  • Eviter une bulle immobiliere, c'est rate

    Beexime contradictoire travaux acquisitif locatif entrée sortie dégât litige prix état des lieux location expert immobilier expertise immobilière  géomètre PEBLe phénomène de hausse des prix "est surtout un problème bruxellois"

    Pour les députés bruxellois Françoise Schepmans et Olivier de Clippele et le député FDF Serge de Patoul, c’est un coup dans l’eau. Leur proposition qui vise à limiter la durée des prêts hypothécaires à maximum 30 ans a été rejetée vendredi par la majorité au Parlement bruxellois (PS, Ecolo et CDH du côté francophone).

    Cette proposition visait à éviter un scénario à l’espagnole où l’allongement de la durée des prêts hypothécaires à 40 ou 50 ans a contribué à alimenter la bulle immobilière.

    Les arguments évoqués par la majorité sont de trois ordres. Un : il ne s’agit pas d’une compétence régionale mais fédérale. Deux : il vaut mieux avoir une régulation des loyers plutôt que des prix de vente. Trois : le problème ne se pose pas aujourd’hui car les prêts hypothécaires avec une durée de vie supérieure à 30 ans sont limités (2 à 3 % du total).

    Olivier de Clippele ne cache pas une pointe de regret face à ce rejet, certes prévisible. S’il est venu avec cette proposition c’est parce que, selon lui, le phénomène de hausse des prix "est surtout un problème bruxellois" alors que, dans les deux autres Régions du pays, le marché immobilier marque une pause. Et de constater que le PS bruxellois (avant tout préoccupé par l’augmentation des logements sociaux) n’a absolument pas comme priorité de juguler les prix d’acquisition. "J’ai reproché à la gauche de refuser une proposition à caractère social", nous a-t-il expliqué.

    "Le Canada nous montre le bon chemin, Après avoir réduit la durée maximale autorisée à 35 ans en 2008 et à maximum 30 ans en 2011, le gouvernement canadien a décidé de réduire encore davantage cette durée maximale pour la ramener à 25 ans en 2012 afin de lutter contre le surendettement des propriétaires à faibles ressources", fait-il également remarquer.

    Il souligne aussi que le prêt de longue durée profite surtout aux banques, "le coût total étant exorbitant pour l’emprunteur".

    Source : http://www.lalibre.be - le 03 février 2013

    Tags : géomètre, expert immobilier, expertise immobilière, état des lieux, location ,contradictoire, travaux, acquisitif, locatif, entrée, sortie, dégât, litige

  • Colocation et sous-location : quelles differences?

    Beexime contradictoire travaux acquisitif locatif entrée sortie dégât litige prix état des lieux location expert immobilier expertise immobilière  géomètre PEBLa colocation est une forme de logement de plus en plus prisée, non seulement par les étudiants au budget serré à la recherche d’un loyer moins cher, mais également par les actifs et même parfois les séniors. En parallèle, on entend également parfois parler de sous-location lorsque plusieurs personnes partagent le même logement.

    Ces deux régimes de location sont pourtant bien différents et relèvent chacun des spécificités qu’il faut connaitre.

    • Quid de la sous-location

    Il s’agit en fait d’un contrat par lequel le locataire met en location (donc ici « sous-location ») à un autre locataire (le sous-locataire) une partie ou même la totalité du logement qu’il loue.

    Il faut noter que le locataire principal restera le locataire vis-à-vis du bailleur principal.  Le locataire deviendra alors le bailleur de son (ou ses) sous-locataire(s).

    Attention, il est interdit de complètement sous-louer le logement qui sert de résidence principale ainsi qu’un bien non habité (sauf quelques rares exceptions) !  Par ailleurs, l’accord du bailleur principal est obligatoire pour pouvoir faire une sous-location. En cas d’absence d’autorisation, la sanction encourue est tout simplement la résiliation du bail. Il peut seulement sous-louer une partie de ce logement, à condition de rester vivre dans l’autre partie du logement et que cette dernière représente la résidence principale du locataire principal.

    De plus, il est impératif d’établir un contrat de sous-location pour que le locataire soit certain de recevoir le loyer du sous-locataire et pour que ce dernier puisse recevoir les aides au logement. Enfin, le locataire principal reste le seul responsable du paiement du loyer, de la restitution du logement en fin de bail et de l’entretien de l’immeuble. Il doit donc être bien conscient des risques lorsqu’il s’engage, avec l’accord du bailleur principal, dans un contrat de sous-location.

  • Retour a la normale sur le marche du credit hypotecaire

    Beexime contradictoire travaux acquisitif locatif entrée sortie dégât litige prix état des lieux location expert immobilier expertise immobilière  géomètre PEBEn 2012, un peu plus de 200.000 nouveaux crédits ont été octroyés pour un montant total de plus de 21 milliards d'euros, ressort-il des chiffres publiés vendredi par l'Union professionnelle du crédit, qui fait partie de Febelfin.

    Ce montant de 21 milliards d'euros fait de 2012 la troisième meilleure année, après 2010 et 2011, deux années qualifiées d'"exceptionnelles" pour le marché du crédit hypothécaire belge. Par rapport à 2011, les crédits hypothécaires octroyés ont diminué, tant en nombre qu'en montant, de respectivement 34% et 14%. Quant à la demande de crédits, elle a connu une baisse de 27,5%.

    Selon l'Union professionnelle du crédit, la contraction observée sur le marché du crédit hypothécaire "est presque intégralement imputable à la suppression d'une série de mesures fiscales liées aux investissements en économie d'énergie, ainsi qu'au contexte socio-économique et à la faible confiance des consommateurs."

    Ainsi, par exemple, le nombre des crédits de rénovation (environ 55.000) a chuté de près de 60% en 2012.

    Enfin, le montant moyen emprunté pour l'achat d'un logement atteignait, fin 2012, environ 138.000 euros tandis que 8 emprunteurs sur 10 ont opté en 2012 pour un taux d'intérêt fixe.

    Source : http://trends.levif.be - le 1er février 2013

     

    Les experts agréés de BEEXIME vous proposent leurs services, entre autres, pour la réalisation d'états des lieux acquisitifs et d'expertises immobilières. N'hésitez pas à nous contacter si vous désirez obtenir des informations complémentaires!

    Tags : géomètre, expert immobilier, expertise immobilière, état des lieux, location ,contradictoire, travaux, acquisitif, locatif, entrée, sortie, dégât, litige

  • "Habiter demain", l'exposition autour de la performance energetique

    Beexime étude énergétique  responsable  PEB"Habiter demain" est une initiative organisée par le Centre de Compétences Construform. Celle-ci vise à (re)découvrir la performance énergétique du bâtiment, ses techniques, ses normes et la plus-value qu’elle apporte aux projets de construction et de rénovation.

    L’exposition, au travers d’une visite guidée et gratuite de 2 heures 30, est jalonnée d’animations et de démonstrations commentées par des experts du domaine.

    Le parcours est structuré autour de quatre thématiques : "penser votre maison" qui vous permettra de faire les bons choix lors de la conception ou de la rénovation de votre maison ; "isoler votre maison" qui vous aidera à comprendre les enjeux de l’isolation thermique, "équiper votre maison" qui vous aidera à choisir des équipements performants et finalement "concrétiser votre maison" qui vous aidera à choisir des techniques de mise en œuvre conformes.

    "Habiter demain" a lieu les 14, 15 et 16 mars. Les 14 et 15 mars, l’exposition (qui n’est pas un salon commercial) est ouverte aux écoles et aux organismes de formation, le 16 mars elle est ouverte au public.

     L’accès est gratuit mais sur inscription via le site web: www.habiterdemain.be

    Source : http://jevaisconstruire.levif.be - le 28 janvier 2013

     

    Vous souhaitez connaître la performance énergétique de votre habitation? Faites appel à un expert certificateur agréé de BEEXIME pour réaliser au mieux votre certificat PEB et ce, pour tous types de logements et bâtiments. Intéressés par ce service? N"hésitez pas à nous contacter! Il vous est également loisible de consulter dès à présent le coût de votre certificat de performance énergétique.

    Tags : responsable énergétique, responsable PEB , étude

  • Performance energetique et patrimoine

    Beexime étude énergétique  responsable  PEBTel est le défi de tout candidat à la rénovation d’un bien existant. Si vous êtes concerné par un projet ou connaissez un bel exemple, partagez vos connaissances !

    Comment réduire la facture énergétique des constructions du passé ?

    De nombreuses techniques sont développées pour les nouvelles constructions mais il est tout autant nécessaire de porter un effort sur l’adaptation de ces techniques à la rénovation du bâti existant. Un équilibre est toujours à imaginer entre recherche de la performance énergétique et le respect des qualités constructives et historiques d’un bien. Trouver cet équilibre équivaut à développer une approche nouvelle ou à imaginer une combinaison technique originale. Cette « nouveauté » peut intervenir à tout stade du projet, de la conception à la finalisation des travaux, en passant par la conduite du chantier.

    « Vous avez testé de nouvelles pratiques dans la gestion d’un projet de rénovation ? Partagez cette expérience ».

    Ce message est adressé à toute personne impliquée dans le processus de rénovation d’un bien. L’association internationale Ruralité-Environnement-Développement recherche des exemples de rénovation où une nouveauté, une originalité renforce le dialogue énergie-patrimoine. Les immeubles considérés relèvent du bâti existant de caractère, protégé ou non, et de toute génération. Ainsi les immeubles des années 50 à 70, connus pour leur potentiel énergivore, sont également pris en compte.

    Partagez votre expérience. Envoyez-nous une description de votre innovation et quelques photos du projet (formulaire de réponse à télécharger sur le site).

    Un catalogue des nouveautés les plus pertinentes sera à la fois publié et diffusé sur internet. Belle reconnaissance pour « l’ingénieux metteur en scène » autant que pour l’avenir de notre passé patrimonial.

    Source : http://jevaisconstruire.levif.be - le 18 janvier 2013

     

    Les experts de BEEXIME, conscients de l'importance que prendra le volet énergétique dans les années à venir et souhaitant agir concrètement dans ce domaine, vous proposent des services tels que la certification énergétique et l'activité de responsable PEB. Si vous désirez obtenir plus d'informations, n'hésitez pas à contacter notre équipe. Vous pouvez également, dès à présent, consulter le coût de votre certificat PEB!

    Tags : responsable énergétique, responsable PEB , étude

Plan (du) site - Mentions légales - Copyright © 2011 Beexime - Développé par Mediakod